Infections nosocomiales (C. Difficile, ERV, SARM)

Dans cette section, vous trouverez de l'information et des conseils sur :  

C. Difficile

Qu'est-ce que le Clostridium difficile?

Le C. difficile, aussi appelé Clostridium difficile, est une bactérie qui se retrouve dans les intestins. Un petit pourcentage de la population (environ 5 %) peut avoir cette bactérie dans l'intestin sans être malade et sans avoir besoin de traitement.

Quels sont les symptômes d'une infection à C. difficile?

Les symptômes sont la diarrhée, la fièvre et les crampes au ventre. On retrouve parfois dans les selles, du sang, du mucus ou du pus.

Peut-on traiter l'infection à C. difficile?

Oui. L'infection à C. difficile peut se traiter avec un antibiotique. La majorité des patients guérissent de cette infection. Certaines personnes plus fragiles peuvent avoir des complications comme une inflammation grave de l'intestin ou une déshydratation. Ces complications peuvent mettre la vie des personnes en danger.

Qui est à risque d'avoir une infection à C. difficile?

Les personnes âgées et les personnes qui ont déjà des problèmes de santé sont plus à risque d’attraper le C. difficile lorsqu’elles sont hospitalisées. Le C. difficile se transmet chez les personnes qui prennent ou qui ont pris des antibiotiques dans les 8 dernières semaines (sauf de rares exceptions). Une personne hospitalisée qui n’a pas pris d’antibiotiques dans les 8 dernières semaines n’a pratiquement pas de risque de contracter la bactérie.

Comment le C. difficile se transmet-il?

Le C. difficile se transmet d'un patient malade à un autre patient par les mains contaminées du personnel soignant (infirmières, préposés, etc.). La meilleure façon de se protéger est de se laver les mains avec de l'eau et du savon (le personnel soignant et le patient). Le risque d'être infecté est très faible pour les personnes en bonne santé.

Comment éviter la transmission du C. difficile chez soi?

En présence de diarrhée causée par une infection à C. difficile, le lavage fréquent des mains avec de l'eau et du savon de la personne malade et des membres de sa famille est le meilleur moyen d'éviter la contamination. Certains objets souvent touchés par la personne malade peuvent être contaminés. La chambre et la salle de bain doivent être nettoyées souvent en utilisant de l'eau de javel (1 tasse d'eau de javel diluée dans 9 tasses d'eau). Le lavage des vêtements peut se faire comme d'habitude avec un détergent commercial courant en utilisant de l'eau chaude ou tiède. Il n'y a pas de mesures spéciales à faire pour la vaisselle et les ustensiles.

Le SARM (Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline)

Qu'est-ce que le SARM?

Le SARM (Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline) est une bactérie qui résiste à plusieurs antibiotiques comme la méthicilline. Le SARM ne cause pas plus d'infections que les autres bactéries, mais il n'y a pas beaucoup d'antibiotiques pour le traiter.

Quels sont les symptômes?

  • Une personne peut avoir la bactérie sans aucun signe d'infection (on l'appellera « un patient porteur »).
  • Un test analysé en laboratoire (prélèvement dans les narines ou dans une plaie) permet de déterminer la présence de cette bactérie.
  • La personne infectée aura quant à elle des symptômes comme une plaie avec rougeur autour ou un écoulement de pus).

Comment peut-on attraper le SARM?

Le SARM se transmet surtout d'un patient porteur à un autre patient, par les mains contaminées du personnel soignant (infirmières, préposés, etc.). C'est pourquoi la meilleure façon de se protéger est le lavage des mains du personnel soignant. Le risque de transmettre le SARM d'une personne porteuse à des membres de sa famille, incluant les enfants et les femmes enceintes, est très petit.

Comment éviter de transmettre le SARM à la maison?

Le meilleur moyen d'éviter de transmettre le SARM est que la personne porteuse et les membres de sa famille se lavent les mains souvent et surtout, avant et après avoir donné des soins.

Les pansements salis de sécrétions doivent être jetés dans un sac de plastique fermé. Il n'y a pas d'actions précises à faire pour la vaisselle et les ustensiles. Le lavage des vêtements d'une personne porteuse de SARM peut se faire comme d'habitude avec un détergent commercial en utilisant de l'eau chaude ou tiède.

Le SARM n'est pas plus dangereux que les autres bactéries retrouvées normalement sur la peau des personnes en bonne santé.

Quelles précautions seront prises au moment d'une hospitalisation?

Il est important d'informer le personnel soignant que la personne est porteuse de SARM lors d'une visite à l'hôpital ou en centre d'hébergement (CHSLD) pour empêcher la transmission de la bactérie à d'autres patients.

ERV (Entérocoques Résistants à la Vancomycine)

Qu'est-ce que les ERV?

Les ERV sont des bactéries qui se transmettent dans les milieux de soins comme les hôpitaux et les CHSLD.

Les personnes en bonne santé sont rarement infectées.

Il n'y a pas beaucoup de choix d'antibiotiques pour traiter les ERV puisqu'ils résistent à plusieurs antibiotiques comme la vancomycine.

Quels sont les symptômes?

Les EVR se retrouvent habituellement dans l'intestin, les selles ou sur les parties génitales des personnes.

Un test analysé en laboratoire (échantillon de selles ou prélèvement rectal) permet de déterminer la présence de cette bactérie.

Une personne peut avoir la bactérie sans aucun signe d'infection (on l'appellera « un patient porteur »).

Si elle développe des signes d'infection soit dans l'urine (mauvaise odeur, sensation de brûlure) ou si elle a une plaie infectée (rougeurs ou pus), la personne sera considérée comme un patient infecté. La plupart des infections à ERV peuvent être traitées avec des antibiotiques (autres que la vancomycine). Ce sont les résultats des tests en laboratoire qui permettent de savoir l'antibiotique à prendre.

Comment peut-on attraper les ERV?

Les ERV se transmettent dans les hôpitaux, d'un patient infecté à un autre patient par les mains contaminées du personnel soignant (infirmières, préposés, etc.). C'est pourquoi la meilleure façon de se protéger est de se laver les mains (le personnel et les patients). Il y a un faible risque qu'une personne infectée par le ERV puisse contaminer des membres de sa famille, incluant les femmes enceintes et les enfants. 

Pendant combien de temps les ERV restent-ils présents dans les selles?

Les ERV peuvent rester dans les selles pendant plusieurs semaines, parfois des mois. Les personnes porteuses peuvent donc être encore infectées au moment d'une nouvelle visite à l'hôpital.

Comment éviter de transmettre des ERV à la maison?

La meilleure façon d'éviter de transmettre les ERV à la maison est que la personne porteuse et les membres de sa famille se lavent souvent les mains, surtout avant et après avoir donné des soins. Les ERV ne sont pas plus dangereuses que les autres bactéries qui circulent tous les jours dans la population.

Les pansements salis de sécrétions doivent être jetés dans un sac de plastique fermé. Il n'y a pas de précautions à prendre pour la vaisselle et les ustensiles. Le lavage des vêtements et de la literie d'une personne porteuse d'ERV peut se faire comme d'habitude avec un détergent commercial en utilisant de l'eau chaude ou tiède.

Certains objets ou surfaces de la maison, souvent touchés par la personne porteuse, peuvent être contaminés. La chambre et la salle de bain doivent être nettoyées plus souvent en utilisant un désinfectant.

Quelles précautions seront prises au moment d'une hospitalisation?

Il est important d'informer le personnel soignant si une personne est porteuse d'ERV lors d'une visite à l'hôpital ou en centre d'hébergement (CHSLD) pour empêcher de transmettre la bactérie à d'autres patients.