Algues bleues

Qu'est-ce que les algues bleues?

Les algues bleues retrouvées en bordure de certains cours d’eau ne sont pas réellement des algues ni des plantes, mais un type d’organismes microscopiques appelés cyanobactéries. Celles-ci contiennent des pigments qui leur donnent une coloration généralement bleu-vert. Les algues bleues se développent habituellement en été ou en automne dans des eaux peu profondes, tièdes ou chaudes, calmes et riches en nutriments (tels que le phosphore et l'azote).

Les cyanobactéries ne sont pas toujours visibles à la surface de l’eau. De façon générale, elles le deviennent lorsqu’elles sont très nombreuses à un même endroit. Dans ce cas, on observera une coloration bleu-vert dans l’eau et/ou à la surface (pouvant varier du vert olive au rouge). Éventuellement, une écume (ou mousse) peut se former à la surface de l’eau et en bordure de la rive. Le vent, les vagues et le courant ont tendance à les disperser, mais elles peuvent réapparaître. Les proliférations de cyanobactéries s’accompagnent parfois d’odeurs désagréables (ordures), mais elles peuvent aussi sentir le gazon fraîchement coupé.

La prolifération des cyanobactéries, appelée fleur d'eau, existe un peu partout dans le monde. Elles touchent de plus en plus de plans d'eau dans plusieurs régions du Québec.

Effets sur la santé

Les cyanobactéries et les toxines qu’elles produisent peuvent affecter la santé. Cependant, aucun cas n’a été rapporté au Québec. Toutefois, il est possible que des problèmes de santé soient survenus sans être détectés ou qu’ils aient été confondus avec d’autres causes.

Symptômes
Par contact direct Par ingestion Plus rapidement
Irritation de la peau Maux de ventre Étourdissements 
Irritation du nez Diarrhée Maux de tête 
Irritation de la gorge Vomissements Fièvre 
Irritation des yeux Nausées     Dommages au foie et au système erveux

Quoi faire?

Que faire si je présente un ou plusieurs de ces symptômes?

Si vous développez des symptômes, à la suite d’un contact avec de l’eau contenant des cyanobactéries, cessez immédiatement de vous y exposer. Rincez votre peau avec de l’eau propre. Si cela survient dans une plage publique, veuillez informer le responsable de la plage. Si les symptômes persistent ou si votre état de santé vous inquiète, communiquez avec le service Info-Santé de votre région ou consultez votre médecin sans tarder. Notez que ces symptômes peuvent être dus à d’autres causes que les cyanobactéries (par exemple : des matières fécales dans l’eau, la dermatite du baigneur).

Que faire s’il y a des cyanobactéries visibles dans un cours d’eau?

Si l’eau est verte ou turquoise (apparence de soupe de brocoli ou de déversement de peinture), les recommandations suivantes s’appliquent :

  • Éviter tout contact direct avec cette eau, soit la baignade et les sports aquatiques, (le port d’un habit de plongée de type wet suit ne protège pas la peau) ;
  • Consommer le poisson provenant de la zone affectée avec modération, mais ne pas consommer les viscères;
  • Éviter de boire cette eau et ne pas l’utiliser pour préparer ou cuire des aliments (bouillir l’eau n’éliminera pas les toxines) ;
  • Évitez de laisser les animaux consommer cette eau ni s’y baigner ;
  • Ne pas utiliser de l’algicide l’algicide pour détruire les cyanobactéries (car les toxines sont libérées massivement à la mort des cellules) ;
  • Éviter d’utiliser cette eau pour remplir la piscine ou pour une douche extérieure ;
  • Si l’eau potable provient d’un système de distribution municipal, elle peut être consommée, à moins d’avis contraire ;

S’il y a réapparition fréquente de cyanobactéries au même endroit, il serait préférable de suivre ces recommandations pour toute la durée de la saison chaude. Même en présence d’une eau d’apparence normale et claire, les recommandations précédentes s’appliquent si certaines personnes en contact avec l’eau développent un ou des symptômes reliés aux cyanobactéries, et ce, par mesure de précaution.

La meilleure solution pour enrayer le développement des cyanobactéries consiste à réduire les sources de phosphore et d’azote dans l’eau. Il faut minimiser l’utilisation d’engrais (pour le gazon et l’agriculture), éliminer les rejets d’eaux usées (résidentielles, agricoles et municipales) et enrayer les sources naturelles (sédiments dans les lacs). Actuellement, il n’y a pas de produits chimiques permettant d’éliminer les cyanobactéries.