Qualité des eaux de baignade

Description du problème

Nombreuses sont les familles et les vacanciers à passer des journées d’été près des lacs et des cours d’eau. Cependant, les eaux utilisées à des fins récréatives peuvent être contaminées. La baignade et les sports aquatiques en eau polluée représentent certains risques pour la santé.

Les principales sources de contamination des plans d’eau sont :

  • Les eaux d’égout.
  • Les effluents industriels et les écoulements agricoles (y compris le fumier, les engrais et les pesticides).
  • Les écoulements urbains des eaux pluviales.
  • Les matières fécales des animaux (sauvages et domestiques).
  • Le comportement des baigneurs (entre autres s’ils sont nombreux).
  • Les déversements d'huile et d'essence provenant des bateaux à moteur et des marinas.
  • La pollution attribuable aux occupants de bateaux.

Effets sur la santé

Les principaux risques pour la santé lors de la baignade ou la pratique d’activités aquatiques sont reliés à la présence dans l’eau de micro-organismes dangereux pour la santé (E-coli, salmonelle, etc.). Avaler de l'eau contaminée constitue la principale voie d’exposition à ces micro-organismes. Ceux-ci peuvent aussi pénétrer dans l'organisme par les oreilles, les yeux, le nez ou par une écorchure de la peau. Dans certains cas, le simple contact avec la peau peut aussi devenir une voie d’exposition.

La présence d’une source de contamination chimique (ex. : effluent industriel), de certains parasites (ex. : larves responsables de la dermatite du baigneur) ou de prolifération d’algues formant un tapis de couleur verte sur l’eau peuvent également constituer des risques pour la santé.

De nombreuses études épidémiologiques ont permis d’observer l’apparition de problèmes de santé lors de la baignade ou de la pratique de sports aquatiques en eau contaminée. Les plus fréquents sont les affections gastro-intestinales comme la diarrhée, les infections des voies respiratoires supérieures, des yeux, des oreilles, du nez ou de la gorge, de même que les affections de la peau. Les données recueillies par ces études tendent aussi à prouver que les activités entraînant une immersion dans l’eau, telle la nage, comportent plus de risques pour la santé que celles avec une immersion partielle ou sans immersion (comme se tremper les pieds dans l’eau).   

Quoi faire?

Avant d’utiliser un plan d’eau pour la baignade ou la pratique d’activités nautiques, informez-vous de la qualité de l’eau. Un bon départ en ce sens est de consulter les résultats du Programme Environnement-Plage du ministère de l’Environnement. Si la plage est inscrite à ce programme, les résultats devraient être idéalement affichés, bien à la vue des visiteurs. Il est également possible d’en prendre connaissance en téléphonant au ministère ou en consultant son site Web.

Au moment d’écrire ces lignes, ce ne sont toutefois pas tous les exploitants de plage qui étaient inscrits au programme.

La baignade devrait être évitée lorsque la qualité de l’eau d’une plage est inconnue ou lorsqu’elle a été classée C (médiocre) ou D (polluée). D’ailleurs, une plage présentant une cote D doit être interdite d’accès pour la baignade.

En ce qui concerne les sites non aménagés et non surveillés, aucun ne voit ses eaux analysées. De plus, quand l’eau d’un tel site est polluée, il n’y a pas nécessairement d’affiches ou de personnes en position d’autorité pour en aviser la population. Il est de toute façon déconseillé de se baigner dans un endroit qui n’est pas aménagé et surveillé adéquatement.

En outre, voici quelques conseils utiles en tout temps :

  • Éviter de se baigner lors d’une blessure ouverte ou d’une infection.
  • Éviter d’avaler de l’eau.
  • Éviter de nourrir les oiseaux ou les animaux à la plage. Leur présence en trop grand nombre contribue à la contamination de l’eau par les matières fécales. Bien fermer les poubelles.
  • Ramasser les matières fécales des animaux domestiques et les éliminer de façon hygiénique.
  • Pratiquer une navigation de plaisance sans pollution, en éliminant les déchets humains de façon hygiénique.
  • Pour ceux qui habitent près d’un lac ou d’un cours d’eau, s’assurer du bon fonctionnement de la fosse septique.
  • Encourager les municipalités et les industries locales à traiter adéquatement leurs rejets.