Lucassie a sa place sur le terrain!

Publié le 6 mars 2024 Services sociaux et réadaptation

« En tant que famille avec un enfant à besoins particuliers, on a de gros défis chaque jour, alors quand l’enfant découvre une passion, c’est tout notre quotidien qui s’adoucit », raconte Martine, maman de Lucassie.

Âgé de 12 ans, Lucassie a une déficience intellectuelle et une déficience motrice qui rendent son parcours très différent des enfants de son âge. Depuis quelques années, ses parents Martine et Sylvain travaillent conjointement à entourer leur fils d’un réseau lui permettant de repousser ses limites et de renforcer au maximum son intégration.

Martine et Lucassie lors d'un événement sportif

Lucassie a certains défis avec sa gestion des émotions, son autonomie et sa capacité à tolérer plusieurs stimuli. Au cours de son enfance, ses parents ont voulu mettre en place des occasions pour que qu'il puisse prendre sa place dans le monde : hippothérapie, activités avec les enfants de la garderie familiale de Martine, défis sportifs adaptés, etc. Petit à petit, ils ont cogné aux portes pour découvrir toutes les possibilités existantes d’activités adaptées.

Tout-petit, Lucassie a participé au Mini-Défi sportif de la Fondation InterVal du CIUSSS MCQ

C’est à ce moment que le baseball adapté est entré dans leur vie. Les premières semaines, Lucassie n’arrivait pas à tenir son bâton, à porter un casque très longtemps, à tolérer le vent qui poussait le sable à son visage. Puis, les semaines ont passé, et doucement, sa sociabilité avec les autres joueurs s’est développée et l’esprit d’équipe avec les parents-bénévoles sur le terrain aussi. « Tout ce qu’on travaillait avec lui, on le voyait évoluer sur le terrain », expriment fièrement ses parents.

Océane Perreault est son éducatrice spécialisée. Elle travaille plusieurs sphères avec lui, dont les contacts humains, la gestion des émotions. « J’ai eu la chance de le voir interagir sur le terrain, de voir son comportement évoluer positivement », explique-t-elle.

Voyant les bienfaits du sport sur leur jeune homme, Martine et Sylvain apprennent qu’une équipe de dek hockey adaptée existe à Drummondville. C’est alors que Lucassie joint l’équipe de Bonheur en Boule! Pour la première fois, il fera un sport sans ses parents auprès de lui. « Il faut le passer par-dessus la bande, il n’y arrive pas seul, les premières fois c'était la crise, maintenant il a juste hâte d'arriver sur la surface. Il bougeait à peine sur le jeu, les adultes responsables devaient lui donner directement la balle sur sa palette », raconte Sylvain.

Puisque, de semaine en semaine, Lucassie a fait des efforts surhumains pour apporter lui-même son équipement sur son épaule, pour l’enfiler lui-même et demeurer tout le temps de la partie en jeu. « Il travaille son équilibre, sa mobilité et son comportement. Jamais il n’a fait de crise sur la surface de jeu. Chaque jour, il parle de son prochain match de dek. »

C’est là que ses parents ont mesuré l’importance du sentiment d’appartenance dans l’évolution de Lucassie. Sa place était là, à jouer avec ses co-équipiers. Cela lui permettait d’évoluer dans toutes les sphères de sa vie avec l’apprentissage réalisé au jeu.

« Que ce soit au baseball ou au dek, son évolution a été remarquable. Juste de coordonner sa gourde d’eau avec ses mains vers sa bouche, avec un casque sur la tête, lui a demandé beaucoup de travail et il y est arrivé! », exprime sa mère.

Océane abonde dans le même sens; le sport lui permet de développer une discipline de façon volontaire, de le motiver à acquérir des aptitudes. Quand on lui parle de sport, les yeux de Lucassie s’agrandissent immédiatement.