Les protéines végétales : celles qui ne mangent pas votre budget!

Publié le 28 mars 2019 Saines habitudes

Les protéines végétales :
celles qui ne mangent pas votre budget!

Dans les dernières années, on l'a senti, les goûts alimentaires ont changé. Chaque semaine, on découvre de nouveaux aliments. C’est génial, car la diversité est une des choses importantes en alimentation, on est loin du steak haché, blé d’inde et patates!

L'assiette santé du guide alimentaire canadien : Mangez des légumes et des fruits en abondance, Consommez des aliments protéinés, Faites de l’eau votre boisson de choix, Choisissez des aliments à grains entiers Les recommandations évoluent elles aussi et le Guide alimentaire canadien a fait peau neuve en janvier et va en ce sens.

Celui-ci met l’accent sur une abondance de légumes et de fruits, sur les grains entiers et met l’emphase sur un choix de protéines plus santé.

Les protéines végétales bien plus que du tofu

Les protéines végétales viennent des végétaux et existent sous plusieurs formes. Oui, le tofu en fait partie, mais il y a aussi les légumineuses et les noix qui favorisent une bonne santé du cœur en plus de donner un coup de main à l’environnement.

Le tofu a souvent mauvaise presse, mais il existe plusieurs façons de l’apprêter et il en existe aussi une plus grande variété. En plus, les protéines végétales coûtent souvent peu cher! Ce n’est pas à négliger. 

💰 Par exemple, un sac de lentilles rouges de 2 lbs coûtera environ 3 $ à comparer un 2 lbs de viande hachée qui en coûterait facilement trois fois plus (et même quatre fois plus).

Plusieurs ne savent pas comment intégrer ces fameuses protéines végétales à leurs repas. Voici donc quelques recettes faciles et délicieuses, qui pourront vous aider à les découvrir où à les redécouvrir.

Vous verrez que ces recettes ont toutes été prises sur des sites Web grand public; les recettes à base de protéines végétales sont de plus en plus faciles à trouver. Faites une petite recherche, vous verrez!

Il faut prendre plaisir à manger!

Cuisiner plus souvent est une recommandation importante du nouveau guide car une très grande partie de l’énergie que nous consommons provient des aliments ultra-transformés qui sont beaucoup moins intéressants du point vu nutritif et souvent élevés en gras, sucre et sel. Les aliments frais doivent être au centre de notre alimentation. 

Outre ce que l’on met dans notre assiette, la façon dont on mange peut avoir une influence importante sur nos apports. Prendre le temps de s’asseoir à la table et de savourer nos aliments en bonne compagnie et sans écran permet d’être davantage à l’écoute de nos signaux de faim et de satiété, indicateurs des besoins réels de notre corps. 

Les nutritionnistes demeurent les personnes clés afin de bien vous informer au sujet de l’alimentation, ce sujet chaud où la désinformation circule beaucoup.

Bon appétit! 😋

Marilène Deshaies
Nutritionniste au Programme d’éducation à la santé du CLSC du Centre-de-la-Mauricie