« J'ai fait un AVC à 33 ans » : l'histoire de Catherine

Publié le 3 mars 2020 Quand la maladie frappe…

C’est à une petite table du Café Morgane à Trois-Rivières que j’ai rencontré Catherine Descôteaux, une jeune maman de trois enfants. Catherine a accepté de livrer un témoignage sur l’accident vasculaire cérébral (AVC) qu’elle a vécu en 2014, alors qu’elle n’avait que 33 ans.

« Tout ça s’est passé de façon graduelle. On m’a amené en ambulance parce que je sentais que quelque chose clochait, je me sentais bizarre et j’avais des vomissements. J’ai donc été traitée pour une déshydratation. Par contre, dans la nuit, j’ai ressenti une sensation de coup à la tête. Le matin, je me sentais exactement comme si j’étais en état d’ébriété. On se posait tous beaucoup de questions… Quand j’ai réalisé que j’avais de la difficulté à parler, j’ai  tout de suite fait le lien : je savais que j’avais fait un AVC. »

Catherine a passé trois jours aux soins intensifs, un mois au pavillon Ste-Marie du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHAUR) et près de deux ans à visiter le Centre de réadaptation InterVal.  Son parcours pour réapprendre à parler, à marcher et à vivre à nouveau une vie normale dura près de deux ans.

Depuis 2015, elle s’implique avec le CIUSSS MCQ en accompagnant des usagers qui ont un parcours similaire, en collaboration avec les intervenants. Elle siège également sur des comités d’usagers pour donner son avis sur les services reçus. Ces actions lui permettent de trouver un sens à ce qu’elle a vécu, et d’aider à sa façon en mettant à profit son expérience personnelle.

« Je n’aurais jamais pensé que ça m’arriverait, à 33 ans. Force est de constater que ça peut arriver à n’importe qui : des jeunes, des sportifs, des gens avec une bonne alimentation… C’est important de ne pas minimiser les symptômes, de s’écouter et de se fier à notre instinct. Se fier à son impression que quelque chose cloche, ça peut sauver une vie. »

Pour en connaître davantage sur les signes annonciateurs d’un AVC, consultez le site de coeuretavc.

Kellie Forand
Agente d’information