Connaissez-vous une Julie?

Publié le 26 juin 2020 Ça va bien aller...

Connaissez-vous une Julie?

Mère et fille jouant au parc.Julie* est sortie de l’hôpital ce matin, elle a refusé catégoriquement d’y rester. Les souvenirs de sa soirée sont vagues, elle se souvient des ambulanciers sur qui elle a crié, elle entend ses pleurs qui résonnent dans sa tête. Sa tête lui fait horriblement mal ce matin et le goût âpre dans sa bouche sèche lui rappelle quelques brides de la soirée.

Elle se souvient qu’elle n’avait plus les idées claires, qu’elle se sentait déprimée, seule et délaissée. Elle se souvient avoir commencé à boire tôt et elle ne se souvient plus combien de verres elle a consommés. En regardant son cellulaire, elle constate qu’elle a texté une collègue de travail tard dans la nuit et que ses propos, bien que décousus, laissaient craindre le pire.

Au fond, Julie sait bien ce qui ne va pas. Elle sait pourquoi ses enfants qui sont maintenant adultes la visitent rarement et refusent de lui laisser garder ses petites enfants. Elle sait aussi pourquoi son conjoint passe de longues soirées à la fuir et déteste lorsqu’elle cuisine de beaux repas, parce que dans le fonds, c’est un autre prétexte pour boire. Elle sait aussi pourquoi ses sœurs refusent de partir en voyage dans un tout inclus avec elle. Elle sait aussi que ses amis ont remarqué que discrètement, elle termine leur verre de vin au restaurant à la fin de la soirée.

Lors de son dernier passage éclair à l’hôpital, son fils a fait le tour de la maison et a jeté toutes ses bouteilles…celles cachées dans le canapé, celles sous l’évier de la salle de bain au sous-sol, celles sous le siège passager de la voiture…et il a oublié celles dans sa boîte à souliers sur la dernière tablette de son garde-robe.

Reconnaître ses difficultés

À tous ses proches qui ont tenté de lui en parler, elle nie le problème et leur demande de se mêler de leurs affaires. Ses amis et ses sœurs ne répondent plus à ses appels après une certaine heure, car à cette heure, ses propos décousus et sa bouche molle trahissent son état.

Ça fait déjà plusieurs années que Julie a besoin d’aide. Ses proches ont tenté à plusieurs reprises de l’aider. C’est une personne qui est d’une gentillesse sans pareille, une personne travaillante, aimante et qui a le cœur énorme. Mais ses proches savent aussi combien c’est difficile d’aider une personne qui ne reconnaît pas ses difficultés.

Si vous êtes comme Julie ou encore que Julie est l’une de vos proches, les intervenants du CIUSSS MCQ peuvent vous accompagner et vous aider. C’est ce que Julie a fait. Même si au départ, elle n’était pas convaincue de l’aide offerte, pensant que ses proches exagéraient sur l’ampleur de ses difficultés, aujourd’hui, elle ne regrette pas d'avoir demandé de l’aide, mais d’avoir attendu aussi longtemps pour le faire.

Les membres de son entourage ont eux aussi bénéficié du support d’un intervenant du CIUSSS MCQ. Ils ont eux-mêmes repris le contrôle sur leur vie. Ils sont moins isolés, se sentent moins anxieux, moins déprimés et ont réussi à mettre leur culpabilité de côté.

Retrouver son équilibre

Maintenant, même si chaque jour où Julie est en contrôle de sa consommation demeure un défi, parfois petit parfois grand, elle a retrouvé un équilibre dans sa vie. Elle conserve d’ailleurs des contacts avec son intervenant du CIUSSS MCQ. Elle doit demeurer vigilante et prévenir les situations à risque de rechute, mais elle voit les bénéfices des changements qu’elle a apportés : elle dort mieux, a plus d’énergie, ne ressent plus d’inconfort physique, est beaucoup plus productive dans ses journées, se lève à des heures raisonnables, elle n’a plus à inventer des défaites pour s’absenter du travail et tranquillement ses proches reprennent confiance en elle.

Le plus beau c’est que Julie est bien avec elle-même et fière d’elle. Ce matin, au réveil, elle est en forme et les éclats de rire de sa petite fille raisonnent dans sa tête. Hier soir, pour la première fois depuis longtemps, son fils savait qu’il pouvait lui faire confiance à nouveau et elle s’est amusée avec sa petite-fille toute la soirée.

  • Service de réadaptation en dépendance du CIUSSS MCQ : 1 866 568-3877
  • Info Social 811 (24 h / 7 j)
  • Jeu, aide et références : 1 800 265-2626
  • Drogue, aide et références : 1 800 265-2626
  • Votre vie ou celle d’un proche est en danger : 911

 "On ne regrette pas d'avoir demandé de l'aide, c'est d'avoir attendu aussi longtemps avant de la faire qu'on regrette."

Marie-Pierre Milot, conseillère-cadre
Direction du programme santé mentale adulte et dépendance  (DPSMAD), Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec 

*Nom fictif.