Commotion cérébrale (traumatisme craniocérébral léger)

Définition d'une commotion cérébrale

Une commotion cérébrale, également connue sous le nom de traumatisme crânien léger, est une blessure qui survient suite à un coup à la tête ou à un impact sur le corps qui provoque un mouvement brusque du cerveau à l'intérieur du crâne. 

Contrairement à d'autres types de traumatismes crâniens, comme les fractures ou les saignements dans le cerveau, les commotions cérébrales ne causent généralement pas de lésions structurelles visibles à l'imagerie médicale, mais elles peuvent néanmoins entraîner des symptômes variés et parfois persistants.

Est-ce que j'ai une commotion cérébrale? Quels sont les symptômes d’une commotion cérébrale?

Une commotion cérébrale peut présenter un ou plusieurs symptômes et ceux-ci peuvent varier en fonction de la personne, de l’impact et des antécédents de commotions. Ils peuvent apparaître jusqu’à 48 h après l’incident traumatique.

  • Mal de tête : Des maux de tête variant de léger à sévère peuvent survenir après une commotion cérébrale.
  • Étourdissements : Une sensation de vertige ou de déséquilibre peut être ressentie, particulièrement aux changements de position.
  • Sensation d’être au ralenti : Une incapacité à penser clairement.
  • Vision trouble : Une vision floue ou des difficultés à focaliser peuvent survenir.
  • Nausées et vomissements : Des nausées et parfois des vomissements peuvent se produire après une commotion cérébrale. Après 2 vomissements, il faut consulter.
  • Sensibilité à la lumière et au bruit : Une sensibilité accrue à la lumière et au bruit peut être ressentie.
  • Fatigue : Une fatigue excessive peut se manifester, autant physique que mentale.
  • Problèmes de concentration ou de mémoire : Des difficultés à se souvenir d'événements récents ou des difficultés à maintenir une attention soutenue peuvent survenir.
  • Troubles du sommeil : Des troubles du sommeil, tels que l'insomnie ou le besoin de repos plus marqué, peuvent se produire.
  • Changements d'humeur ou de comportement : Des changements d'humeur soudains, tels que l'irritabilité, l'anxiété, la sensation de tristesse ou l'agressivité, peuvent survenir.

Quoi faire en cas de commotion cérébrale?

Faites appel au 911 ou rendez-vous rapidement à l’urgence si, à la suite d'un impact à la tête, il y a apparition d’un ou plusieurs signaux d’alerte :

  • Perte ou détérioration de l’état de conscience    
  • Confusion 
  • Vomissements répétés 
  • Convulsion 
  • Mal de tête intense qui augmente 
  • Somnolence importante 
  • Difficulté à marcher, à parler ou à reconnaître les gens ou les lieux 
  • Vision double 
  • Agitation importante et pleurs excessifs

En l’absence de signaux d’alerte et en présence de symptômes, il est important de suivre des étapes préventives afin d’assurer une meilleure récupération :  

  • Arrêtez l'activité : Si la commotion cérébrale survient lors d'une activité physique, il est important de cesser cette activité et de vous reposer.
  • Surveillez les symptômes : Soyez attentif aux symptômes de commotion cérébrale, tels que les maux de tête, les étourdissements, le ralentissement, les nausées, la sensibilité à la lumière et au bruit, et les changements d'humeur ou de comportement. Signalez tout changement ou aggravation des symptômes à un professionnel de la santé.
  • Consultez un professionnel de la santé : Si vous ou quelqu'un que vous connaissez présentez des symptômes de commotion cérébrale, consultez un médecin ou un professionnel de la santé qualifié dès que possible pour obtenir une évaluation appropriée. Un service de dépistage des commotions cérébrales est offert.
  • Si vous avez consulté, suivez les recommandations du professionnel de la santé : notamment au sujet de la reprise progressive d’activités physiques ou intellectuelles. Au besoin, vous référer au INESSS | Dépliant - Traumatisme craniocérébral léger (TCCL).

Quels sont les impacts à long terme des commotions cérébrales?

Les commotions cérébrales peuvent avoir des conséquences à long terme sur la santé et le bien-être d'une personne, en particulier si elles ne sont pas traitées rapidement ou si elles surviennent de manière répétée :

  • Troubles cognitifs : Les commotions cérébrales peuvent entraîner des problèmes de mémoire, de concentration, d'attention à long terme.
  • Problèmes émotionnels et comportementaux : À long terme, les commotions cérébrales peuvent affecter l'humeur et le comportement d'une personne, entraînant des changements d'humeur, de l'irritabilité, de l'anxiété, de la dépression ou des sautes d'humeur. Ces problèmes émotionnels et comportementaux peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie d'une personne et sur ses relations sociales.
  • Symptômes de commotions cérébrale persistants : Certaines personnes peuvent continuer à éprouver des symptômes de commotion cérébrale pendant une période prolongée (au-delà de 3 mois) après la blessure initiale (mal de tête, nausées, étourdissement, etc.).

Quelles sont les causes d’une commotion cérébrale?

Les commotions cérébrales sont causées par un mouvement brusque du cerveau à l'intérieur du crâne. Plusieurs facteurs peuvent être la cause de ce mouvement. Voici quelques-unes des principales causes de commotion cérébrale :

  • Sports et activités récréatives : Les sports comme le football, le hockey et les sports de combat comportent un risque accru de commotion cérébrale en raison des collisions et des chocs fréquents entre les joueurs. Les sports de glisse comme le ski alpin, le wakeboard ou les sports extrêmes sont également un risque pour les commotions cérébrales.
  • Accidents de la route : Les accidents de voiture, les collisions à vélo, les accidents de moto et d'autres accidents de la route peuvent entraîner des commotions cérébrales en raison de l'impact.
  • Chutes : Que ce soit de sa hauteur ou en trébuchant, les chutes sont l'une des causes de commotion cérébrale, plus fréquemment chez les enfants et les personnes âgées.
  • Blessure au travail : Les accidents sur le lieu de travail, en particulier dans les secteurs de la construction, de la fabrication et de l'industrie, peuvent entraîner des commotions cérébrales en cas de chute d'objets ou de chocs avec des équipements.

Comment prévenir les commotions cérébrales?

La meilleure façon de prévenir les commotions cérébrales est de prévenir le risque d’impact à la tête.

  • Porter un casque lors des sports et des activités motorisées : Lorsque vous pratiquez des activités à risque comme le vélo, le ski, le hockey ou d'autres sports de contact, assurez-vous de porter un casque de protection qui est correctement ajusté et qui répond aux normes de sécurité. Il en va de même pour les promenades en VTT, moto, motoneige, etc.
  • Adapter l’environnement : Réduisez les risques de chute ou de collision en adaptant l’environnement de jeu ou de travail.
  • Soyez prévoyant : Évitez les comportements à risque. Par exemple, les sauts dangereux ou la conduite imprudente.
  • Éduquer et sensibiliser : Apprenez à reconnaître les signes d’une commotion afin de pouvoir agir rapidement.

Dépistage et suivi des commotions cérébrales

Pour de l’information sur le dépistage et le suivi des commotions cérébrales dans la région de la Mauricie et du Centre-Du-Québec, consultez Dépistage et suivi des commotions cérébrales.

Vous croyez avoir subi un traumatisme craniocérébrale léger et/ou vous désirez vous informer, poser des questions? 

  • Téléphone Ligne infirmière : 819 697-3333, poste 63407 
  • Téléphone Coordonnatrice du programme : 819 697-3333, poste 64019 
  • Télécopieur : 819 694-4263 
  • Heures d’ouverture : Lundi au vendredi de 8 h à 16 h 

Direction des services multidisciplinaires 
Équipe de réadaptation en traumatologie 
Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR)
1991, boulevard du Carmel
Trois-Rivières (Québec)  G8Z 3R9 
Merci de ne pas vous présenter en personne. 

Informations supplémentaires


Vous êtes un professionnel de la santé?

Si vous souhaitez référer un usager ou de l'information sur le mécanisme d’accès au, consultez Personnel clinique | Traumatisme craniocérébral léger (TCCL).