CIUSSS MCQ - Démarche OPUS-AP

C'est quoi la démarche OPUS-AP?

OPUS – AP signifie : Optimiser les pratiques, les usages, les soins et les services – antipsychotiques. C'est une démarche pour améliorer la qualité de vie de nos aînés hébergés.

Au Québec, entre 40 et 60 % des personnes âgées de 65 ans et plus hébergées dans des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) prennent des antipsychotiques sans avoir reçu un diagnostic de psychose. C’est pourquoi plusieurs CHSLD québécois se lancent dans une démarche visant à réduire la prise d’antipsychotiques pour améliorer la qualité de vie des résidents atteints de troubles neurocognitifs majeurs, qu’ils en consomment de façon régulière ou au besoin.

Qu’est-ce qu’un antipsychotique?

Un antipsychotique est un médicament qui soulage les symptômes de psychose. On parle de psychose quand une personne :

  • s’imagine des choses qui n’existent pas (pense qu’elle est suivie, voit des complots contre elle, croit qu’on lui veut du mal, etc.)
  • a des hallucinations (entend des voix, voit des choses irréelles, etc.).

On donne parfois des antipsychotiques aux personnes âgées qui ont des troubles de comportement liés à la maladie d’Alzheimer ou à une autre démence, surtout lorsque le comportement peut être dangereux pour soi ou les autres. On sait maintenant qu'ils sont peu efficaces pour soulager certains troubles de comportement, et qu’il y a plus de risque de :

  • somnolence;
  • chutes;
  • tremblements au repos;
  • pneumonie;
  • accident vasculaire cérébral (AVC);
  • rigidité des muscles;
  • insuffisance cardiaque.

Détails de la démarche OPUS-AP

OPUS – AP découle d’un projet initié par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS) en 2014-2015. Il avait pour but de réduire le recours aux antipsychotiques dans 56 établissements de soins de longue durée (416 résidents impliqués) de sept provinces et d’un territoire par le recours aux interventions non pharmacologiques. Après un an, les résultats étaient éloquents :

  • Réduction ou élimination des antipsychotiques chez 54 % des résidents;
  • Réduction de 20 % du nombre de chutes.

Pour en savoir plus sur le projet devenu une démarche, cliquez ici.

La démarche OPUS-AP au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec

Il est prévu de déployer la démarche provinciale OPUS-AP dans toutes nos installations, incluant les 27 CHSLD, les deux établissements privés conventionnés et les trois maisons des aînés et maisons alternatives pour assurer sa continuité, d’ici la fin de l’année 2023. 

Histoire à succès

Les familles et les proches des personnes âgées hébergées sont des partenaires importants dans les soins. Consultez les bienfaits remarqués lorsqu’on a cessé de donner des antipsychotiques à leurs proches.

« La semaine qui a suivi le début de la démarche, j’ai vu une nette amélioration dans l’état de mon père. Il était plus calme, plus souriant et moins stressé, en plus d’avoir une meilleure tolérance face à la douleur qu’il peut ressentir au quotidien. » 


Résultats des phases de la démarche OPUS-AP

Phase 1

La phase 1 de la démarche s’est déroulée entre janvier et octobre 2018 dans 24 unités de CHSLD du Québec. Lors de cette phase, la déprescription d’antipsychotiques a été un succès chez 86 % des 220 résidents participant au projet, n’entraînant, dans la majorité des cas observés, ni augmentation du recours aux anxiolytiques (médicaments contre l’anxiété), aux somnifères et aux antidépresseurs, ni effets sur le comportement.

Phase 2

La phase 2 s’est étendue sur 331 unités dans 134 CHSLD.

Phase 3 (en cours)

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) souhaite étendre la démarche à l'ensemble des CHSLD du Québec au cours d'une troisième phase.


Expertise et accompagnement aux équipes 

Dans notre organisation, la solidarité et la transparence sont au cœur de nos valeurs. C'est pourquoi l'encadrement et le soutien aux équipes sur le terrain font partie de nos priorités. Plusieurs ressources informationnelles et humaines sont à leur disposition pour permettre d'intégrer plus facilement la démarche OPUS-AP dans nos installations de soins de longue durée (CHSLD, maisons des aînés et maisons alternatives et établissements privés conventionnées). En plus de bénéficier de formations sur la prise en charge et la gestion des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD), le personnel bénéficie des services d'une chargée de projet dédiée à cette démarche. Elle soutient les équipes quant aux défis qu'elles peuvent rencontrer afin d'assurer la pérennisation de cette démarche dans nos CHSLD.  


Professionnels et intervenants impliqués dans la démarche OPUS-AP

Équipes interdisciplinaires comprenant, entre autres, des médecins, des pharmaciens, des infirmières, des infirmières auxiliaires, des préposés aux bénéficiaires, des ergothérapeutes, des physiothérapeutes, des travailleurs sociaux et des techniciens en loisirs. Ces équipes vont :

  • Réviser les profils pharmacologiques des résidents pour repérer l’usage inapproprié des antipsychotiques;
  • Identifier les résidents pour qui l’usage des antipsychotiques entraîne plus de risques que de bénéfices et suivre leur condition dans le temps;
  • Tenir des rencontres interdisciplinaires régulières pour assurer la mise en place des meilleures interventions pour chaque résident;
  • Recourir à des outils fondés sur les meilleures pratiques pour renforcer l’usage des approches de base et des interventions non pharmacologiques et déprescrire l’usage des antipsychotiques lorsque non approprié;
  • Faire encore plus équipe avec la famille de l’usager pour convenir des soins.

Informations et documents de référence du projet OPUS-AP